Avertir le modérateur

mercredi, 27 août 2008

Le Comte n'est pas bon!

Sur la route du Grand Tournoi, bien que flanqué de son démonstratif cortège de partisans, une indifférence généralisée mais polie accompagnait le passage du Comte Bertrand.

Tout le monde l’attendait dans ce rôle depuis si longtemps que l’effet de surprise auquel le Comte avait peut être cru un instant avait fait long feu à la seconde même de son annonce.

« Ah bon ! Parce qu’il n’était déjà pas couru d’avance que le Comte serait présent au Grand Tournoi ? » pouvait-on entendre de ci de là.

C’était le bide total ! Un vrai four.

Même SégoReine était placide face à la nouvelle. C’est dire !

« Quel ramassis d’ingrats ! » pensait le Comte sur la route du Sacre. « Je me demande même s’ils me méritent. »

Le Comte allait-il en ravaler sa superbe ?

Il allait commencer par condamner aux fers son diabolique Denis le Vert qui n’avait pas pensé au sacrifice de poulets, oui !

Il se disait bien aussi qu’avec le pigeon on ne pouvait pas avoir les mêmes résultats.


A rentrée des Chevaliers, nouveau style. A commencer par les dessins.
Mais c’est toujours le Chevalier Lance l’Eau qui est aux pinceaux !

mardi, 26 août 2008

Le poulet au vinaigre

1278742892.jpgPendant que SégoReine se noyait littéralement dans les difficultés de ses malles de voyage, des événements autrement plus inquiétants se déroulaient au Royaume de Solfé.
Evénements qui avaient de quoi coller la chair de poule au plus enhardi des chevaliers du Royaume.

Le Sieur Mosco VeniVidiVici et le Félon Manquant avaient décidé de frapper fort pour les Joutes de l’été afin d’arriver triomphants au Grand Tournoi.

Qui pourrait savoir que pour mettre toutes les chances de leur côté les deux compères avaient un tout petit peu forcé la main du destin en ayant recours à la sorcellerie et autres magies.

Au fond à qui pouvait nuire un soupçon de rite sacrificiel de poulets…de Bresse ?

ce qui n’était pas prévu c’est que l’expérience avait complètement foiré. La seule chose qu’ils avaient réussir à obtenir c’est … une inversion de leurs systèmes pileux et…le retour en fanfare du Comte Bertrand qui, monté sur un char à bœufs, s’avançait plus conquérant que jamais vers la ville des Rois.

Quel gachis ! Tant de poulets sacrifiés sur l’autel…du rasoir.

lundi, 25 août 2008

La carte postale du jour (2)

La carte postale du jour

8eme mois, an VIII quelque part, 

Chers petite Maman et petit Papa,

Finalement j’en avais marre de ces vacances avec tous les copains.

J’ai pris la route et me suis embarquée avec quelques ménestrels sarrazins qui avaient fait halte près de notre villégiature et je les ai suivis dans leur tournée dans le pays du couchant lointain, où j’ai d’ailleurs été divinement accueillie.

Vu qu’ils sont pas capables de faire preuve d’originalité, il parait que le Sir Di S Ké et la Marquise du Nord se trouvaient pas loin, se la jouant vraisemblablement Dernier Tango à Paris. Heureusement je les ai pas croisés et j’ai donc pas eu à m’infuser leur désagréable présence.

Faut que je vous laisse maintenant. Je suis en plein préparatif de mon voyage de retour vers notre cher Château de Solfé. Mais, comme vous le savez, je ferai auparavant une petite halte sur les terres de cet asticot de Duc de Retz pour les Joutes de l’été.

C’est pas tout ça mais faut que je me remotive le moral et que je me regonfle le physique parce que le Comte Bertrand n’a lui visiblement pas chômé pendant l’été.

Histoire de faire le plein de zénitude et de bravitude, j’ai passé quelques heures avec ce jovial saint homme des steppes d’Asie de passage dans notre contrée (Il n’y a pas de raison que seule la grande mortadelle turinoise de Nikolaï de Sark en profite. Non mais des fois !)

J’ai beau avoir été désignée Reine du Bal*, ce coup-ci il paraitrait que ce serait cette petite fouine de Comte qui serait favori pour le Grand Tournoi.

C’est toujours ça de pris, moi j’dis, il paraitrait aussi que le Trio comique ne lui apportera pas son soutien. Bon ! à moi non plus vous me direz !

Je suis bien d’accord avec vous ! C’est vraiment à n’y rien comprendre.

Votre SégoReine

*cf la carte postale du jour

 

mardi, 19 août 2008

La carte postale du jour

Résidence d’été de SégoReine, An VIII 

Chère Maman, Cher Papounet,

Ici les vacances avec les copines et les copains c’est trop cool.
On va à la plage, on a même pas le temps de faire la sieste parce qu’on fait des jeux toute la journée. Les monos sont trop beaux. 

La Marquise a embrassé Mosco VeniVidiVici hier soir mais ce matin ils ont déjà cassé parce que Mosco veut pas que Martine continue à parler à Laurent le Grand Quevilly.
Une vraie embrouille. J’espère que ça va pas nous gâcher la fin des vacances.

C’est pas à moi que ça arriverait ce genre d’histoires parce que vraiment je trouve que les garçons ils sont vraiment trop nazes. 

Les gens du Royaume de Solfé aussi ils sont trop nuls quand ils disent qu’on s’oppose pas assez.
S’ils passaient les vacances ici avec nous, ils pourraient voir qu’il y a plein de fois où on est en opposition.
Par exemple hier, la Marquise voulait aller à la plage alors que tout le monde voulait aller manger une gaufre. Ben du coup, on s’est tous opposé à la Marquise ! 

Bon il faut quand même que je vous dise que vous me manquez beaucoup parce que c’est encore pas cet été que je me suis fait beaucoup d’amis. 

Mais ce qui est bizarre c’est qu’hier soir à la veillée on a organisé un grand jeu pour élire la Reine du Bal.
C’était pourtant pas gagné pour moi vu que la Marquise avait été cherché le soutien de mon rival des Tours du Futur.


Ben devinez quoi mes parents chéris ?
C’est encore votre grande fille qui les a tous pilés ! 

C’est à n’y rien comprendre.

Tendrement.

SégoReine

vendredi, 25 juillet 2008

"Liliane, fais les valises..."

Les Chevaliers,

leurs céans mâchés,

car depuis le 15 mai*

d’avoir tant chevauché



Prennent dès cette soirée

Un repos, par eux estimé,

Bien mérité.



Et se souhaitent frais

Et reposés,

Dès leur rentrée,

Afin de continuer

A narrer

Les aventures du Royaume de Solfé.





* date du lancement du blog des Chevaliers de la Nappe Ronde

jeudi, 24 juillet 2008

Le parti socialiste est-il encore socialiste?

893656793.jpgPas d’excommunication, ni de procès en sorcellerie, et encore moins de cérémonie exorciste pour extraire le Malin qui s’était, de l’avis de certains, emparé du corps et de l’esprit du Vosgien…le Royaume de Solfé serait privé de ces réjouissants amusements.

A la place, ce serait juste un insipide et inintéressant « dessert »… Moment au cours duquel chacun pourrait dire ce qu’il ferait subir à l’impudent s’il pouvait l’avoir sur la main.

Bref, un débat participatif !

Mais qui sait…il arrive que l’on rit à la vision d’un dessert.

Le Comte Bertrand s’était proposé de se poser en modérateur du débat.

Il était à craindre qu’il n’ait pas choisi le rôle le plus facile car, et si le quatuor de Manuel l’Inconstant avait décidé de jouer les Cheerleaders en faveur du Sieur Jack, les participants à charge étaient pléthore.

Dans leur camp et en représentant des voix des petits du Royaume, le fermier TaSoeur et ses coreligionnaires sans hésitation aucune sur la décision à prendre.

Un seul grippage dans cette joyeuse machine qui venait de se mettre en marche… : personne ne savait où se trouvait le corps du délit !

Des cavaliers étaient partis à sa recherche fouillant sans relâche le Royaume dans ses moindres recoins et alors que certains disaient qu’il s’ébrouait tout simplement sur le gazon de la Récamier faisant face à sa Place forte, sa conscience parfaitement au repos.

mercredi, 23 juillet 2008

Le Lang dans la poche

Si Nikolaï de Sark se rengorgeait de fierté du succès de sa dernière réception, le moins que l’on puisse dire c’est que les grands du Royaume de Solfé qui avaient assistés aux réjouissances n’étaient pas d’humeur badine.

Alors qu’à cette occasion, le Château était occupé à s’inquiéter du sort de SégoReine et de son aqua planning permanent en char à bœufs, il en avait négligé de s’intéresser à l’indépendance d’esprit d’un de ses plus anciens fleurons, l’occupant des Vosges.

Certainement parce que toujours persuadé que si c’était gentiment demandé le Château se tiendrait aligné comme un seul homme à la parade le p’tit doigt sur la couture du haut de chausses.

Mais voilà ! Encore raté. Le Château n’avait réussi à parler à Nikolaï de Sark que d’une seule voix…moins une.

Alors maintenant tant qu’à faire autant débattre du sort à réserver au féal devenu félon. L’excommunier, le rouer vif en place publique, ou se contenter de dire qu’il a quitté le Château commun… ?

Pendant ce temps, certains se découvraient une soudaine bravitude … et dès lors qu’ils n’avaient pas été les premiers à reconnaître le terrain.

Le premier d’entre eux, l’aspirant Chevalier Manuel désormais surnommé l’Inconstant, surement mué par la peur de s’ennuyer venait de constituer un nouveau quatuor. Leur meilleur numéro comique ? « j’voulais pas…mais je le dis après »

Le Royaume de Solfé était de nouveau paisible le soir à la veillée, le ronron du quotidien reprenait son cours…le Château n’était toujours pas d’accord.

lundi, 21 juillet 2008

Allons, c’est dit, bobonne, fais toilette...!*

C’était encore mieux que ce à quoi Nikolaï de Sark croyait pouvoir s’attendre** !

Le Château de Solfé réfléchissait à assigner SégoReine à résidence. Devait-elle vraiment se montrer au grand raout organisé aujourd’hui par Nikolaï de Sark en son Bling-bling Palace.
Le corps protocolaire ne pouvait-il trouver un subterfuge l’obligeant à se faire porter pâle ?

Alors que le Château avait enfin réussi à faire front commun – enfin presque…- voilà qu’elle assénait ses brillantissimes réflexions aux effets quasi toujours dévastateurs. Tous finissait par croire que moins elle prenait l’air, moins on prenait de risque. 

N’avaient-ils déjà pas assez de mal avec Jack le Vosgien qui semblait avoir fait son deuil d’arriver, au cours du Grand Tournoi, à mettre une branlée à tous ces jeunots et qui préférait, semble-t-il, le léchage de bottes de Nikolaï de Sark. Qui sait ça pourrait peut être finir par être plus lucratif pour ses vieux jours…

Dans le même temps, le Sieur Julianus s’inquiétait aussi du sort de SégoReine. Puisqu’en ce moment tout le monde avait des idées d’alliances, pourquoi ne pas participer à ce rigolo petit jeu?
Il se prenait à rêver et se voyait déjà entremetteur du Royaume. Il commencerait par SégoReine et François le Batave…

Avant que ça n’aille trop loin quelqu’un pensera-t-il à lui dire que ça avait déjà été fait et que ça avait foiré ?

*Paris pour un beefsteack (Paroles : Emile Deureux-1870)
**voir A dur âne, dur aiguillon

jeudi, 17 juillet 2008

Les idées claires pour avoir la ligne.

Les péripéties de son compère le Félon donnaient à réfléchir à Mosco VeniVidiVici.
N’avait-il pas du souci à se faire pour l’avenir de son duo avec les accidents en chaîne dont était victime le jeune Arnaud ? 

Une p’tite mise à l’abri ne serait-elle pas de circonstances ? Mieux valait assurer ses arrières avant que ça ne vire vinaigre. 

Le Chevalier Mosco avait donc décidé de rejoindre l’Equipe de la ligne brisée portant ainsi le trio comique constitué lors du concours d’éloquence* à un quatuor. 

Et à ceux qui craignaient que ces blagues ne soient pas raccord avec celles du trio…il se voulait rassurant ! Il n’avait pas encore donné toute sa puissance comique. 

D’ailleurs, il avait choisi Rouletabille comme nom de scène !  Arrivera-t-il à sortir vivant de la chambre jaune du Château ?

 

*Voir Paroles, paroles, paroles...et encore des paroles

mardi, 15 juillet 2008

La fin du Félon Manquant?

Accident tragique au Royaume de Solfé !

Au cours d’une chasse aux grands cerfs dans les giboyeuses forêts du Morvan, Arnaud le Félon Manquant a reçu une flèche perdue, dans la partie charnue de son anatomie.

A ce stade de l’enquête, aucun des participants présents à la sauterie n’est en mesure d’affirmer d’où est parti le coup qui pourrait se révéler fatal au jeune Arnaud.
C’était tout de même, la seconde fois en peu de temps que le sieur mordait la poussière…et pas qu’un peu.

Se pouvait-il que cette étrange coïncidence ne soit pas le fruit du hasard mais bien la suite du duel auquel avait participé l’écuyer il y a quelques jours de cela*.

Allez à dégager ! aurait dit le conducteur de la chasse selon des sources proches de l’enquête. Faut dire qu’il avait fort peu gouté une tentative d’embrassades que la morale virile réprouve auquel le Félon s’était livré sur sa personne.

Encore un accident comme celui-ci et on allait croire que François le Batave était derrière tous les mauvais coups du Royaume.
Et certains désormais de s’inquiéter d’avoir à choisir un camp…et le bon…avant que les accidents ne deviennent une fâcheuse habitude lors des prochaines réunions de famille. * voir Je ne suis pas un Ayrault
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu